Sanità internazionale 19 Gennaio 2016 12:08

Santé internationale

Est-ce que les Ebola fighters ont gagné?

Est-ce que le tragique chapitre qui a tué 11315 personnes, sur un total de 28637 cas en deux ans, est vraiment terminé? En déclarant le Liberia, le dernier Pays qui avait enregistré des cas de contagion, comme “ebola free“, l’OMS a annoncé le possible arrêt de la pandémie. Toutefois, c’est une victoire apparente, étant donné le cas isolé enregistré dans les derniers jours en Sierra Leone. Et apparente puisque, après des périodes de latence, le virus en question resurgit cycliquement depuis 1976.

C’est en effet la même OMS qui a réitéré une admonestation fondamentale: «Il ne faut pas baisser les bras». Il s’agit de la troisième déclaration sur le Liberia, à la suite de la résurgence de la maladie plusieurs années plus tard en deux cas. Le critère officiel pour établir la fin d’une épidémie c’est attendre le double de la période d’incubation du virus – c’est-à-dire, 42 jours après le résultat négatif des tests chez les sujets contaminés – sans la réapparition de nouveaux cas de contagion. Si l’attente est sans surprises, la cessation de la transmission du virus d’humains à humains est confirmée. Les trois Pays les plus flagellés par cette épidémie sans précédent sont Guinée, où s’enregistra le premier cas en décembre 2013, Sierra Leone et Liberia. Le pic de contagions a été enregistré dans la deuxième moitié de 2014, avec centaines de morts chaque semaine, et a descendu radicalement en 2015, grâce à une mobilisation internationale massive, mais tardive.

Cependant, l’exemple du Liberia, comme souligné par l’Organisation, n’autorise pas à prêter moins d’attention: «L’activation d’une équipe prête à une réponse rapide en cas de nouveaux contagions est fondamentale», on lit dans le dernier bulletin sur l’épidémie. Et le monde, apparemment, a appris sa leçon: il est nécessaire de former et d’informer de façon adéquate tous ceux qui travaillent en première ligne et en coulisse : dès villages égarés au cœur d’Afrique aux structures sanitaires d’avant-garde en Occident, il faut mettre à disposition des opérateurs sanitaires les connaissances et les instruments les meilleurs, les compétences scientifiques les plus influentes et l’organisation la plus efficace pour gérer l’éventuelle résurgence d’Ebola et d’autres pandémies ravageuses.

Articoli correlati
La commissione nominata dall’Oms critica la Cina: «Poche azioni forti e incisive all’inizio dell’epidemia»
Il documento prodotto dal gruppo indipendente nominato dall’Oms sottolinea le inefficienze ed i fallimenti della risposta internazionale e nazionale alla pandemia. La stessa Oms «avrebbe dovuto dichiarare in anticipo un’emergenza sanitaria pubblica di interesse internazionale»
Incubo terza ondata, i numeri tornano a salire in tutto il mondo
Risalgono i contagi in tutto il mondo, gli esperti temono la terza ondata. Al primo posto gli Stati Uniti con 3 milioni di nuovi casi in 15 giorni, segue il Regno Unito vittima della variante inglese. Italia ottava con tasso di mortalità ancora alto. In Cina si torna a morire per Covid
OMS a Wuhan, Regimenti (Lega): «Si valutino tutte le piste per indagine su origine del virus»
«Tutte le ipotesi dovrebbero essere valutate attentamente: la struttura genetica della SARS-CoV-2 non esclude un'origine del virus in laboratorio» spiega il medico e europarlamentare della Lega Luisa Regimenti
31 dicembre 2020, un anno dai primi casi di “polmonite sconosciuta”
Il dg Oms Tedros Ghebreyesus, nel discorso di Capodanno, ripercorre questi 365 giorni di pandemia e invita alla solidarietà tra paesi come vera arma contro il virus
GLI ARTICOLI PIU’ LETTI
Non Categorizzato

La diffusione del coronavirus in tempo reale nel mondo e in Italia

Al 22 gennaio, sono 97.536.545 i casi di coronavirus in tutto il mondo e 2.091.848 i decessi. Ad oggi, oltre 57,58 milioni di persone sono state vaccinate nel mondo. Mappa elaborata dalla Johns H...
Voci della Sanità

Covid-19, professori di Yale condividono terapia domiciliare “made in Italy”

«Il nostro Paese ancora oggi non dispone di un adeguato schema terapeutico condiviso con i medici che hanno curato a domicilio e in fase precoce la malattia» spiega l'avvocato Erich Grimaldi, Presid...
Lavoro

Medici di famiglia vaccinatori, Scotti (Fimmg): «Impensabile coinvolgerci a queste condizioni»

Il Segretario Nazionale si scaglia contro la mancanza di programmazione: «Per noi nessun fondo in Finanziaria, ma non esiste vaccinazione di massa senza medicina del territorio»