Sanità internazionale 4 Gennaio 2016

Santé internationale

Les faux mythes ont la vie dure

Beaucoup d’idées autour de la biologie et le comportement humain persistent parmi les gens — y compris les médecins — malgré leur réfutation scientifique. Les scientifiques devraient travailler pour dénoncer ces mythes et, au même temps, prévenir l’émergence de nouveaux. Comment? Tout d’abord ils doivent comprendre la raison de leur diffusion et enracinement. Certains mythes dangereux ont déjà été dénoncés, néanmoins, beaucoup d’autres continuent à circuler, ce qui nuit aux gens, aux ressources économiques et aux découvertes scientifiques. Ou simplement, ça énerve les scientifiques. Nature a réalisé un sondage pour connaître les mythes médicaux les plus ennuyeux selon l’opinion des médecins et des scientifiques. Voilà les résultats.

1) Les vaccines causent l’autisme: malgré certains effets collatéraux liés aux vaccines, leur connexion aux désordres neurologiques a été réfutée bien de fois.
2) Le fonctionnement du paracétamol (acétaminophène) est bien connu: malgré son usage étendu, il y a juste des indices pour ce qui concerne le fonctionnement de nombreux et communs principes actifs.
3) Le cerveau est séparé du système immunitaire: le cerveau a ses propres cellules immunitaires. De plus, un système lymphatique relié au système immunitaire du corps a récemment été découvert.

GLI ARTICOLI PIU’ LETTI
Non Categorizzato

La diffusione del coronavirus in tempo reale nel mondo e in Italia

Al 23 settembre, sono 31.606.979 i casi di coronavirus in tutto il mondo e 971.116 i decessi. Mappa elaborata dalla Johns Hopkins CSSE.   I CASI IN ITALIA Bollettino del 22 settembre: Ad oggi in...
Formazione

Test di Medicina 2020, ecco come è andata: la cronaca dalle università di Roma, Firenze, Milano, Napoli e Bari

Oltre 66 mila candidati per 13.072 posti disponibili. Tra speranze, sogni, proteste e irregolarità, anche quest’anno il Test di medicina ha fatto parlare di sé. Pubblicate le risposte corrette al ...
Salute

Covid-19, studio italiano scopre meccanismo responsabile della morte dei pazienti in terapia intensiva

Lo studio, che vede come capofila il S. Orsola di Bologna, è stato pubblicato su “Lancet Respiratory Medicine” lo scorso 27 agosto