Sanità internazionale 8 marzo 2016

Santé internationale

Le médecin: est-ce un métier pour les femmes?

Aujourd’hui les diplômes en médecine, en Italie comme dans d’autres pays, sont surtout l’apanage des femmes. En effet, en Europe, plus de la moitié des blouses blanches avec moins de 35 ans sont des femmes. Selon une étude réalisée par l’Organisation de coopération et de développement économique dans une trentaine de pays, les femmes avec moins de 35 ans représentent 58% des médecins au Royaume-Uni, 60% en France et environ 63% en Espagne. L’Italie détient le record, avec un pourcentage supérieur à 65%. Au Royaume-Uni, les femmes médecins sont récemment devenus la majorité atteignant 51%, pendant qu’en France représentent le 41%. Les recherches menées par le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) basée sur les inscriptions à l’école de médecine, fixent le dépassement pour l’année 2022, quand il est estimé que le chiffre atteindra 60%. Le changement de la scène professionnelle médicale a désormais pris forme. Pourtant, souvent, il reste une prérogative masculine dans les niveaux de carrière plus élevés. Les raisons ne peuvent pas être trouvés dans le contexte professionnel, mais plutôt sur le plan social qui voit encore la femme comme la figure centrale de la famille et donc souvent obligé de sacrifier sa carrière afin de poursuivre le bien-être et l’éducation des enfants. Selon les chiffres SCI (Société italienne de chirurgie) un chirurgien – ou un stagiaire – en deux sont des femmes, mais seulement 1% d’entre eux détiennent des rôles importants dans les structures du service national de santé. En Grande Bretagne, le problème de l’organisation du travail, liée à la forte demande pour les horaires à temps partiel par des femmes, a déjà suscité un grand débat, avec beaucoup de controverse et des accusations de sexisme: en effet, il trouve dépeuplé sur internet le #LikeALadyDoc hashtag en réponse à l’article de presse du journaliste du Sunday Times Dominic Lawson, la «féminisation de la médecine» et l’impact négatif allégué sur le service national de santé.

Articoli correlati
Santé internationale
Rester ou partir? Le doute des jeunes médecins...
International healthcare
Being a doctor: is this a job for women?  
Santé internationale
Si le burnout met en danger médecins et patients
Santé internationale 
Être femmes et mères en Italie
GLI ARTICOLI PIU’ LETTI
Salute

Endometriosi, arriva nuovo Ddl: 25 milioni per la ricerca e bonus malattia. Sileri (Comm. Sanità): «Prevenzione e tutela contro patologia subdola»

Per contrastare il ritardo nella diagnosi il disegno di legge presentato al Senato prevede corsi di formazione per ginecologi e medici di famiglia e una Giornata nazionale per parlare della malattia. ...
Politica

Sunshine Act, ecco cosa prevede Ddl trasparenza. Il relatore Baroni (M5S): «Così si previene corruzione. Per i medici no oneri burocratici»

Il provvedimento, in discussione in Commissione Affari Sociali, è sul modello di una analoga legge francese. Soglia minima per la dichiarazione è 10 euro: l’obbligo sarà in capo alle industrie sa...
Formazione

Formazione ECM, c’è tempo fino al 2019 per mettersi in regola. La proposta di Lenzi (Area medica): «Rafforzare obbligo crediti in alcune discipline»

Delibera Agenas stabilisce che per il triennio 2014/2016 si potranno utilizzare i crediti maturati nel periodo 2017/2019. Il presidente del Comitato di Biosicurezza e Biotecnologie e membro della Comm...