Sanità internazionale 15 marzo 2016

Santé internationale

Rester ou partir? Le doute des jeunes médecins…

Je quitte l’Italie». Avec cette phrase, la soi-disant “fuite des cerveaux” (surtout chercheurs, universitaires et jeunes médecins), ils décident de suivre la nécessité de vivre dans un pays où le mérite et la compétence sont évalués au détriment des recommandations et de la bureaucratie. Malheureusement, un phénomène croissant, parce que l’offre est d’ailleurs souvent plus attractifs: de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés. Et ce sont ces pays, la Grande-Bretagne en premier lieu, à reconnaître et à tirer profit des jeunes employés italiens. Et «le cas par exemple de Pierluigi Vergara, le plus jeune neurochirurgien primaire Royaume-Uni, Consultant Hôpital Addenbrooke à Cambridge: «Si j’étais resté à Naples, je démarre toujours. Je suis maintenant 35 et j’effectue 200 opérations par an, je listes de chirurgie indépendante, cliniques externes et résidents à gérer qui impliquent de grandes responsabilités. De plus, j’aime l’atmosphère de confiance qui caractérise la relation médecin-patient, sans l’épée de Damoclès des plaintes contre les médecins avec lesquels mes collègues en Italie sont contraints de vivre».
Comme lui, Simone Speggiorin, le plus jeune chirurgien cardiaque pédiatrique en Grande-Bretagne travaillant à l’hôpital Glenfield de Leicester et est un chirurgien “structuré” (qui a sa propre salle d’opération, ses patients, une équipe qui le soutient), qui bénéficie de renommée internationale. «Je ne suis pas un héros, je suis l’un des nombreux qui ont quitté parce que le nôtre n’est pas un pays pour les jeunes», dit Speggiorin. «Parmi mes amis il y a Paolo De Coppi, le scientifique de 41 ans qui a découvert les cellules souches dans le liquide amniotique, et il travaille aussi à Londres». Il est italien aussi Massimo Rivolo, l’infirmièr émigré en Grande-Bretagne, qui travaille à la clinique “Healogics” dans le rôle de Viabilité tissulaire Nurse Consultant. Dr. Rivolo a récemment reçu le prix JWC – dans la catégorie des plaies d’évaluation et de diagnostic -, une reconnaissance internationale pour les excellences du monde de la santé qui se sont distingués dans le domaine des soins des plaies. Premièr italien à être parmi les gagnants, Massimo Rivolo dédie le prestigieux et convoité prix à l’Italie, le pays qui n’a pas réussi à conserver ses excellences.

Articoli correlati
Santé internationale
Le médecin: est-ce un métier pour les femmes?
Santé internationale
Si le burnout met en danger médecins et patients
GLI ARTICOLI PIU’ LETTI
Diritto

Ex specializzandi, 16 miliardi a rischio per le casse dell’erario. Arriva Ddl per accordo Governo e camici bianchi

C’è una bomba ad orologeria nelle casse pubbliche: la vertenza tra gli ex specializzandi ’78-2006 e lo Stato. Gli aventi diritto ammontano a oltre 110mila medici e il contenzioso costerà all’e...
Formazione

ECM e validazione delle competenze mediche: più spazio alla professione. Lavalle (Agenas): «Ecco come funzionerà»

«Dare un valore all’apprendimento non certificato è utile stimolo per professionista» così Franco Lavalle, vicepresidente OMCeO Bari e membro dell’Osservatorio Nazionale del’ Age.na.s
Professioni Sanitarie

Professioni sanitarie, Beux (TSRM e PSTRP): «Ordine favorirà qualità. Ora servono decreti attuativi»

Inizia a prendere vita il nuovo ordine istituito nella scorsa legislatura. 33mila i professionisti già censiti ma se ne stimano 230-240mila