Sanità internazionale 8 marzo 2016

Santé internationale

Le médecin: est-ce un métier pour les femmes?

Aujourd’hui les diplômes en médecine, en Italie comme dans d’autres pays, sont surtout l’apanage des femmes. En effet, en Europe, plus de la moitié des blouses blanches avec moins de 35 ans sont des femmes. Selon une étude réalisée par l’Organisation de coopération et de développement économique dans une trentaine de pays, les femmes avec moins de 35 ans représentent 58% des médecins au Royaume-Uni, 60% en France et environ 63% en Espagne. L’Italie détient le record, avec un pourcentage supérieur à 65%. Au Royaume-Uni, les femmes médecins sont récemment devenus la majorité atteignant 51%, pendant qu’en France représentent le 41%. Les recherches menées par le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) basée sur les inscriptions à l’école de médecine, fixent le dépassement pour l’année 2022, quand il est estimé que le chiffre atteindra 60%. Le changement de la scène professionnelle médicale a désormais pris forme. Pourtant, souvent, il reste une prérogative masculine dans les niveaux de carrière plus élevés. Les raisons ne peuvent pas être trouvés dans le contexte professionnel, mais plutôt sur le plan social qui voit encore la femme comme la figure centrale de la famille et donc souvent obligé de sacrifier sa carrière afin de poursuivre le bien-être et l’éducation des enfants. Selon les chiffres SCI (Société italienne de chirurgie) un chirurgien – ou un stagiaire – en deux sont des femmes, mais seulement 1% d’entre eux détiennent des rôles importants dans les structures du service national de santé. En Grande Bretagne, le problème de l’organisation du travail, liée à la forte demande pour les horaires à temps partiel par des femmes, a déjà suscité un grand débat, avec beaucoup de controverse et des accusations de sexisme: en effet, il trouve dépeuplé sur internet le #LikeALadyDoc hashtag en réponse à l’article de presse du journaliste du Sunday Times Dominic Lawson, la «féminisation de la médecine» et l’impact négatif allégué sur le service national de santé.

Articoli correlati
Santé internationale
Rester ou partir? Le doute des jeunes médecins...
International healthcare
Being a doctor: is this a job for women?  
Santé internationale
Si le burnout met en danger médecins et patients
Santé internationale 
Être femmes et mères en Italie
GLI ARTICOLI PIU’ LETTI
Formazione

ECM, dal 2019 scattano i controlli. Anelli (FNOMCeO): «Valuteremo inadempienze». Coletto (Agenas): «Stop a ‘infiltrati’, serve verifica»

È a metà strada il triennio ECM 2017-2019: in aumento il numero di medici e operatori in regola, ma rimangono molti camici bianchi inadempienti. Controlli dal 2019. INTERVISTE AD ANELLI (FNOMCEO) E ...
Salute

Aggressioni al personale sanitario, Flori Degrassi (Asl Roma 2): «Operatori in trincea, minacciati anche con pistole»

«Abbiamo dovuto mettere le barriere al Pronto soccorso del Pertini ma l’interfono ostacola il rapporto tra paziente e operatore sanitario. E, nel nostro lavoro, la comunicazione è fondamentale», ...
Salute

Autismo e nuovi Lea, Marino (Fia): «Ancora due anni per attuazione, ma autistici diventeranno una categoria protetta»

«Grazie ai nuovi Lea i pazienti autistici potranno finalmente ricevere l’assistenza adeguata alla propria patologia, così come prescritto dalle Linee Guida per l’Autismo. Necessario mezzo miliar...
di Isabella Faggiano